24 janvier 2007

Une histoire de cricket ...

Ceci est le 101ème message. C'est pourquoi j'ai décidé de vous expliquer les règles du cricket. Pour bien comprendre ce qui va suivre, il faut au préalable savoir que le cricket est l'un des très rares sport (avec la natation et la nage papillon) à faire référence à un insecte ... si si, cela aura son importance par la suite ...

Bon alors :

1er mouvement : la capture du public

C'est là que tout commence. C'est un peu comme la pesée des boxeurs, le toss en foot ou la prise de P.O. en ... pardon "à" vélo. Comme nous le savons tous, le cricket a cela de rébarbatif, entre autres, que son appelation est particulièrement stupide et très peu mobilisatrice. Genre "Qu'est-ce que tu fais ce soir ? - Ah ben j'vais voir du cricket ..."

... bref, "cricket", pas sexy ...

Ainsi le promotteur de l'événement se doit d'user de toute son ingéniosité pour remplir un stade circulaire de 270.000 places d'un rayon de 4km (ça fait parti du défi). Généralement la ruse consiste à ... mais ne le répêtez pas.

La pelouse au centre du stade a cela de particulier qu'elle est verte et qu'on y trouve au centre une sorte de bac à sable à pein distinguable depuis les premiers rangs des tribunes. De part et d'autre de ce rectangle se trouvent 3 piquets à tomates soutenant 2 zigouigouis en plastiques que personne ne sait vraiment de quoi il en s'agit-il ... C'est dans ce rectangle que se situe l'essentiel de l'action à partir de la 3ème phase du jeu.

2ème mouvement : l'entrée des équipes :

Le cricket semble être un sport d'équipe. Le nombre de joueurs varie entre 7 et 39 selon la capacité du coach à recruter des passants à la va-vite aux alentours du stade et les convaincre de porter le joli jogging coloré avec la casquette assortie.

La moitié des joueurs sont indiens (En effet, comme le veut l'adage : "Indien vaut mieux que de Tulaùra", Tulaùra étant une ville bolivienne voisine de Tulàpa où les habitants vouent un culte à la loutre folâtre, principal prédateur du criquet), l'autre moitié étant composée de touristes qui ne comprennent pas la langue.

La deuxième phase du jeu dure environ 1h30, les joueurs devant rallier le centre du terrain en évitant les projectiles lancés à leur encontre par le public mécontent de s'être fait embobiner et réalisant enfin qu'il n'y aura pas de cirque avec des chats noirs qui grognent et marchent sur des ficelles enflammées, le tout dans un aquarium surpréssurisé.

3ème mouvement : LE JEU

A chaque tour, 2 types de joueurs sont particulièrement impliqués dans le jeu : le lanceur (pour plus de commodité, nous l'appellerons désormais Ariane V) et les batteurs (nous les appellerons désormais Ringo et Manukatché).

Ringo et Manukatché se trouvent de part et d'autre du bac à sable. Dans la partie, ils doivent affronter Ariane V ainsi que la ribambelle de joueurs adverses, dispersés, l'air hagard sur toute la superficie du terrain. Donc, en gros, ca se joue à 2 contre 20 (environ). Ariane V et ses potes n'ont pas de batteur, car le batteur à eux (haha, blague) ne jouera que le match retour.

Bon, mais concrétement, ca se joue comment ?

Alors c'est simple, Ariane V envoie une baballe blanche en direction de parterre, puis grâce aux reflexions de Newton, en direction de Ringo. Celui-ci, à l'aide d'une poutre de plastique en bois de 7m de long, frappe la baballe très très fort ... parfois. Lorsque la balle s'en va loin, Ringo et Manukatché entrent en oscillation et sont contents. Lorsqu'elle va plus loin, il sont juste contents. Lorsqu'elle va moins loin, ils restent en place et tâchent d'imiter l'air -hagard, donc- de leurs adversaires. Pendant ce temps, ces derniers s'agitent en regardant le ciel, espérant certainement que leur salut viendra de là-haut ... Si l'un d'entre eux venait à ramasser la baballe, on le verrait immédiatement pousser un juron indien et re-balancer la balle sur la tronche à Ringo ... ou alors parfois il garde la balle, et il est content.

Il y a des subtilités, bien sûr. Par exemple si les zigouigouis en plastique surplombant les 3 piquets ils tombent, et ben y'a une des équipes qui est contente. Ou si Manukatché il plonge dans le bac à sable avant que Ariane V ait réussi à réciter l'alphabet grec à l'envers alors c'est lui et lui seul qui est content. Sinon si un joueur franchit la ligne blanche et que le voisin de son voisin est en train de se gratter le dos, je crois que ca entraine une pénalité ... Parfois c'est comme en foot, y'en a un parmi Ringo et Manuk qui fait semblant d'être blessé pour être remplacé au pied levé par un de ses coéquipiers de dessus le banc. Sauf que là ils imitent super mal le type blessé ... font même pas d'effort ...

4ème mouvement : le décompte des scores

Alors si vous avez déjà entr'aperçu du cricket, vous aurez constaté qu'en bas de l'écran défilent des nombres étranges. Moins que 3,141592 et 1,414 ... mais plus que 4-8-15-16... Ne vous y fiez pas, il ne s'agit que du cours de l'indice Nasdaq et du pétrole. Cependant, si ce dernier bat son record historique pendant le jeu, Ariane et ses coéquipiers sont déclarés vainqueurs.

La partie se termine un peu à la manière du Quidditch, à la différence que l'événement qui clôt le jeu n'est pas la chute d'Harry Potter dpuis son Nimbus 2000, mais le moment où un spectateur parvient à retrouver le nom du sport bizarre qu'il est en train de regarder, de loin. L'équipe qui remporte le match est dont les joueurs lèvent les bras le plus vite après le coup de sifflet final ... ou bien est-ce parce qu'ils ont gagné que ... ? hum ...

Voilà sinon on a perdu notre 2ème match de Science Cup (aux tirs au but ...) et il a neigé à Cork ... 5 minutes ...

Libellés :

6 Comments:

  • très bonne description mon cher ! si ce n'est que tu as omis de préciser que les matchs durent en général plusieurs jours...eh oui ! J'en avais regardé un en Inde (à la télé hein, pas folle non plus, 45° dehors et des tribunes en béton, y'avait même pas moyen !), ben au bout de 2h, j'avais compris à peu près les mêmes choses que toi...enfin ça avait l'air de passionner les gens du coin (c'est sport national là-bas, merci la colonisation !), ils en oubliaient d'aller bosser (et surtout mes techniciens, comme par hasard).
    Il a neigé à Angers, parait que c'est rare, en tous cas c'est très rigolo, ils n'ont pas intégré le fait que quand les trottoirs glissent, tu ne mets pas tes bottes, certe fourrées, mais à talon aiguille ! Quant à leur manière de rouler (sur route dégagée mais y'a quand même de la neige sur les bords, elle pourrait leur sauter dessus !), ça ressemble un peu à Bamabi sur une patinoire...bref, je rigole bien depuis ce matin, j'ai vue sur le trottoir depuis mon bureau.
    bises !
    Carole

    By Anonymous Carole, at 25/1/07 08:54  

  • J'ai mis du temps à comprendre "Bamabi sur une patinoire" ! Ici, les irlandaises n'ont pas compris qu'elles ne sont pas obligées de porter des jupettes quand il commence à faire "grand froid" (presque 0°C, parfois). enfin moi c'est pas que ca me dérange, hein!

    Sinon si tu as des précisions sur le rôle des machin-trucs en plastique, je suis preneur !

    By Blogger Zul, at 27/1/07 00:07  

  • (attention minute blonde)

    Ah bon! moi je croyais que les trucs en plastique étaient vivants et pouvaient éviter la balle en fonction des ordres de la reine (ou certainement de l'éléphant sacré en Inde), et que la baballe avait des papattes, obéissant plus ou moins à la sorte de bâton rose hilare du batteur...
    Enfin, on n'a vraiment pas vu les mêmes matches!

    By Anonymous Julie, at 27/1/07 14:35  

  • mais nan Julie, ça c'est Alice au pays des merveilles ! Nan, là les machins en plastique, quand tu tapes dedans trèèèès fort et que les casses, je crois qu'y des bonbons qui sortent...mais pas 100% sûres !
    Quand à Bamabi, c'est à cause de mes doigts gelés...

    By Anonymous Carole, at 29/1/07 08:13  

  • Ringo a une poutre de 7m de long?

    By Anonymous Anonyme, at 29/1/07 22:55  

  • Ouaip, mais une poutre de plastique en bois.

    By Blogger Zul, at 30/1/07 00:27  

Enregistrer un commentaire

<< Home